Web Toolbar by Wibiya 5009538 $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

Histoitres, déscendances, origines

 

Au nom d'Allah, le Tout Miséricodieux, le très Miséricordieux.

10. C’est lui qui, du ciel, a fait descendre de l’eau qui vous sert de boisson et grâce à laquelle pousse des plantes dont vous nourrissez vos troupeaux.

11. D’elle, il fait pousser pour vous, les cultures, les oliviers, les palmiers, les vignes et aussi toutes sortes de fruits. Voilà bien là des preuves pour des gens qui réfléchissent. (Sourate An-Nahl).

Mes chers frères et amis, je dois vous avouer que je ne suis peut être pas la personne tout à fait qualifiée pour vous parler de l'histoire de Farfar, c'est pour celà que j'attend de ceux ou celles qui ont quelque chose à dire à ce sujet de me transmettre leurs écrits ou leurs récits  oraux, photos , diaporama film vidéo, pour enrichir cette page.

Ceci étant dit, commençons par le commencement, étymologiquement Farfar veut dire jaillir dans la langue française.

De souvenir de nos parents, l’eau jaillissait en abondance à Farfar. En plus des sources qui se situaient entre Bazer et el Kaabchia, au nord du village (aïn djemel : source de dromadaire), nous disaient que l’eau jaillissait d’une source à beb el guebli (port du sud) dans le coin à droite en entrant à la dachra. L’eau de cette source se dirigeait vers aïn khadija en traversant les jardins d’el ouidan.

Ibn  Khaldoun évoquait déjà l’existence de Farfar en octobre / novembre 1378, mais Farfar existait très certainement bien avant cette date, pour preuve les Romains y sont passés et ont même laissé des traces. Tous les farfaris se souviennent de la grande pierre endossée au local de dada Hmaidi au bon milieu de rahba et cette même pierre proviendrait certainement du mur édifié des mêmes pierres. Ce mur se situait à gauche en entrant à hart essouhel, à un pâté de maisons au nord de la mosquée.

 

Citation d'IBN KHALDOUN (Tome I - Autobiographie d' IBN KHALDOUN

Nous partîmes au mois de rejeb 780 (oct. nov. 1378 de j. c.) et nous prîmes la route du désert jusqu'à Doucen, ville limitrophe de la provence du Zab 157.

Ensuite je montai dans le tell (les hautes terres), accompagné de quelques serviteurs de Yacoub ibn Ali que j'avais rencontrés à Farfar, village que ce chef arabe avait fondé dans le Zab 158.

158 La petite oasis est située à trente-trois kilometre sud-ouest de Biskra

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site