Web Toolbar by Wibiya 5009538 $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

Souvenirs d'un Gamin de Farfar

Les Héros de Farfar


La cinquante cinquième anniversaire du déclanchement de la guerre de libération nationale, me donne l'occasion de vous parler de deux jeunes hommes de Farfar. 

Il s'agit de Ali Hasseine ben ami Madani et de Mohamed KISRANE ben Ami Tahar. Ils étaient tous deux immigrés en France, comme beaucoup de jeunes de leur âge, à la veille du déclanchement de la guerre, ils rentrent à Farfar, ils se marient, Ali a eu des enfants, Mohamed n'a pas eu. A l'appel de la libération du Payés, ils n'ont pas hésité un seul instant, ils rejoignaient le maquis et ils tombèrent en héros aux champs d'honneur pour que vive l'Algérie libre. 
Allah yarham chouhadaouna.

L'emblème national

La cinquante cinquième anniversaire du déclanchement de la guerre de libération nationale, me donne l'occasion de vous parler de l'emblème national.

Par un beau matin d'hiver de l'an 1954, la rumeur a vite courue à Farfar, que les moudjahines ont accroché l'emblème national aux poteaux électriques qui longés la route Biskra Tolga. Nous étions un petit group d'enfants qui a eu vent de la nouvelle, nous sommes partis en hâte pour voir cet emblème national, malheureusement, les gendarmes français ont vite fait de les enlever. Je ne me suis pas désarmais devant cette grande déception, aussitôt, j'ai commencé à chercher qui pourrai m'indiquer comment il est fait pour le confectionner et le montrer aux autres enfants de mon âge. Je connaissais les membres du comité de la révolution (loujna), j'ai demandé au plus jeune membre : il s'agit de Salah Hasseine ben ami Ahmed (dit Hmédi). Après quelques jours d'attente, il m'a pris à part, il m'a indiqué comment il est confectionné : un morceau de tissu vert et un morceau de tissu blanc cousus ensemble flanqués de la croissant et de l'étoile rouge au milieu. Tout de suite, j'ai commencé à chercher les morceaux de tissu et le fil rouge et j'ai cousu les tissus rouge et blanc ensemble avec la machine à coudre de mon père (je me souviens, en cousant les deux morceaux de tissu, j'ai cousu mon doigt avec), pour finir j'ai demandé à ma cousine maternelle de me broder la croissant et l'étoile au bon milieu, ce qu'elle fait. Après avoir terminé la confection, je l'ai accroché sur un bâton de palmier à la porte du local d'ami Ahmed (Hmédi) hasseine au bon milieu de Rahba de Farfar. Le local d'ami Hmédi était notre Nadi (club) de formation politique, nous avions pour professeur : Madani Rahmoun.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×