Web Toolbar by Wibiya 5009538 $(document).ready(function(){ chargementmenu(); });

L'insurrection d'El Amri

L'insurrection d'El Amri 

L'insurrection d'El Amri a été conduite par Cheikh Mohamed ben Yahia et le marabout Ahmed ben Aïech avec leurs 2000 combattants. La situation politique d'El Amri du 12 Avril 1876 inquiétait le Bureau arabe de Biskra. Elle risquait de se développer dans le Zab Dahari, et la partie sud de l'Aurès que sont le Zab Chergui (Touggourt), le Souf, Djebel Amour, l'Oued Rhir et Souf, les cercles de Boussaâda, Djelfa, Laghouat, qui, de part leurs liens ancestraux, n'hésitèrent pas à montrer leur ralliement aux sidi Bouazyd. Par mégarde, ces régions furent placées sous le contrôle des colonnes du Général Carteret, Commandant de la division de Constantine, lequel se dirigea en direction de Biskra avec le plus grand renfort militaire. L'insurrection de 1876 fut caractérisée par l'extension des mouvements insurrectionnels de 1879 dans la région des Aurès conduits par Cheikh Mohamed Ben Abderrahmane à travers le ralliement des mokkadems de la confrérie Rahmanya et le ralliement des tribus des Ouled Daoud , Béni Bouslimane, Ahmed Kheddou ainsi que certains clans des tribus de Béni Oujana, Oued Abdi, parallèlement au soutien absolu du Cheikh de la zaouia Rahmanya d'oued Abdi, Cheikh El Hachemi Ben Derdour. Nombreux sont les propos sur les insoumis des oasis de la région de Biskra : El Amri, de Bouchegroune, de Lichana, de Farfar et des Zaâtcha, l'insurrection probablement la plus tragique de toutes.

Extrait de l'ouvrage : Les oubliés de l'Histoire coloniale du Pacifique

Mélica OUENNOUGHI

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site